Illustrations : exposition de Lara Paratte

Lara Paratte est née et a grandi à Delémont où elle commence ses premières études liées à l’art visuel à l’Ecole de Culture Générale. Après une année à l’Ecole d’art de Bienne, elle obtient un Bachelor à la Haute école d’art du Valais EDHEA ainsi qu’un Master à la Hep-Bejune de Bienne afin d’enseigner l’éducation visuelle. Elle poursuit alors un Master of Fine Arts (2018-2020) à la Haute école d’art de Bâle tout en enseignant à côté et en poursuivant une pratique personnelle.

Depuis plusieurs années, elle a participé à de nombreuses reprises à des expositions collectives et en duo en Suisse comme à l’étranger. Depuis quelque temps elle se concentre principalement sur des expositions individuelles.

“J’aime mélanger différents médiums comme le dessin, la peinture, le numérique… À tel point que la plupart de mes travaux peuvent être qualifiés d’installations. J’ai régulièrement traité des sujets tels que les photographies de presse, l’actualité et leur utilisation par les médias. Très vite mon intérêt s’est reporté sur le rapport qu’entretient l’humain avec la nature, son besoin de domination sur le végétal et l’animal, quand bien même il s’agit de sauver des espèces. C’est ainsi que la nature a pris une place de plus en plus importante dans mon travail, tout en gardant un oeil critique et interrogatif sur ce qu’il s’est passé dans l’histoire et ce qu’il se passe aujourd’hui encore dans la relation entre la nature et l’humain.”

 

Dans le cadre de cette exposition, elle décide de sortir un peu des galeries d'art contemporain et de se lancer dans un style différent avec des illustrations de paysages.

“C’est un clin d'œil indirect à l'année 2020 durant laquelle beaucoup de gens ont redécouvert la Suisse et les Alpes. Je suis allée piocher dans mes photos personnelles prises durant les nombreuses vacances en Suisse que j'ai eu l'occasion de faire depuis toute petite. En gardant l'idée d'une image très "carte postale", j'y intègre le sujet plus sensible de l'environnement, en faisant allusion à la flore alpine qui se réduit d'année en année et qui a, parfois, déjà disparu.”

Le vernissage (ou finissage) aura lieu lorsque la situation le permettra.